Home | Print

Robert Elsie

Jean-Claude Faveyrial. Histoire de l'Albanie
Edition établie et présentée par Robert Elsie

Dukagjini Balkan Books

Dukagjini, Peja 2001
xviii + 426 pp.

INTRODUCTION

    A cause de sa position géographique, l'Albanie, quoique souvent isolée, a toujours été un pays au carrefour des empires et des civilisations. Dans l'antiquité, elle se trouvait pendant des siècles à la frontière politique, militaire et culturelle entre l'Est et l'Ouest, d'abord entre l'empire romain et la civilisation grecque, et puis au Moyen Âge entre l'Italie catholique et le Bas-Empire orthodoxe. Plus tard encore, jusqu'à sa conquête définitive par les Turcs, elle se trouvait sur le front entre l'Europe chrétienne et l'Orient islamique. Finalement de nos jours, après trente ans d'indépendance comme état, elle assuma le rôle bizarre de petit coin staliniste ou plutôt surréaliste entre l'empire soviétique et l'ouest capitaliste et démocratique.
    Au dix-huitième siècle, l'historien britannique Edward Gibbon (1737-1794) a parlé de l'Albanie comme d'un pays en vue d'Italie mais moins connue que l'intérieur de l'Amérique. Ceux qui diront que peu a changé depuis, sauf qu'on connaît un peu mieux l'Amérique, n'auront pas tout à fait tort. L'Albanie, terre et espace culturels européens depuis l'antiquité, reste toujours énigmatique et mal comprise comme elle l'était au dix-huitième siècle, du temps de Gibbon, et au dix-neuvième du temps de Jean-Claude Faveyrial, le premier savant à avoir écrit son histoire.

A PROPOS DE L'AUTEUR

    Jean-Claude Faveyrial naquit le 25 mars 1817 à Usson en Forez, village des montagnes de l'Auvergne à l'ouest de Saint Etienne. Son père s'appelait Pierre Faveyrial et sa mère Jeanne M. Bachelard. L'auteur fit ses études secondaires aux séminaires de Lyon et vint à Paris en 1843 à l'âge de vingt-six ans, où il fut admis dans la Congrégation de la Mission Lazariste le 11 mars. Le 1 juin 1844 il fut nommé sous-diacre et six mois plus tard, le 18 décembre, diacre. Ayant fait ses voeux le 13 mars 1845, il reçut le sacrement de la Congrégation et devint prêtre le 17 mai de cette année. Aussitôt, le 1 juin 1845, fut-il envoyé en tant que missionnaire à Santorin en Grèce comme premier placement, malgré le fait qu'il voulait aller en Chine. En juillet 1847 on le retrouve à Constantinople où la Congrégation entretenait une maison qui était d'une importance considérable pour les activités de l'église catholique dans l'empire Ottoman. C'est ici à la Maison Saint-Benoît que l'auteur passe les années décisives de sa vie et où se réveille chez lui un intérêt particulier pour les ethnies diverses de la Turquie en Europe, c'est-à-dire du sud des Balkans. En 1866 il fut envoyé à Salonique et puis en 1867 à Monastir (Bitola), ville qui se trouve aujourd'hui dans le sud-ouest de la République de Macédoine. A l'époque, Salonique et Monastir étaient des villes de population hybride et d'importants centres de commerce de l'empire Ottoman. La Turquie en Europe fut peuplée bien sûr non seulement de Turcs et de Grecs, mais aussi de Bulgares, peuple slave qu'on appelle aujourd'hui dans cette partie de la péninsule des Macédoniens, de Valaques ou Aroumains qui parlent une langue romaine liée au roumain de la Roumanie, et enfin d'Albanais avec leur langue particulière qui était rarement mise à l'écriture à l'époque. A l'exception d'un court séjour à Albi en 1878, Faveyrial semble avoir passé presqu'un demi-siècle dans le sud-est de l'Europe, principalement à Monastir et à Constantinople.
    C'était entre 1858 et 1867 à la Maison Saint-Benoît aux rives du Bosphore que Faveyrial a commencé à rassembler une bibliothèque historique de livres rares concernant les Albanais, les Bulgares et les Valaques. Il était un érudit curieux d'anecdotes, qui interrogeait avec soin les voyageurs et les confrères de passage et ne cessait d'écrire tout ce qu'il avait entendu dire. Faveyrial scrutait l'histoire des peuples du sud de la péninsule balkanique et les aidait à préparer leur avenir. Il visitait l'Albanie en 1884 et, ensemble avec M. Apostol Margaritis (1832-1902), inspecteur général des écoles roumaines de l'Empire Ottoman, il fondait des écoles à Berat, Korça et Prizren.
    De 1859 à 1861, Jean-Claude Faveyrial était, dit-on, l'âme du mouvement bulgare. Il devint aussi un grand ami des Valaques et, vers la fin de sa vie, des Albanais. De 1867 jusqu'à sa mort, il servait à Monastir comme professeur du lycée valaque où il donnait des cours de français et de philosophie. Avec Margaritis il fondait d'autres écoles (1880-1893) aussi, cependant sans recevoir d'appointements. Après une vie de travail intense, Jean-Claude Faveyrial mourut à Monastir le 26 novembre 1893.
    Dans son Histoire de la Mission Lazariste de Monastir (1942), Arthur Droulez nous donne des renseignements suivant sur le Père Faveyrial:

    "Le 20 septembre 1866, la Mission s'augmenta d'un missionnaire déjà célèbre par le rôle qu'il avait joué dans le mouvement bulgare. M. Faveyrial était un auvergnat. Le village où il vit le jour, en 1817, Usson dans la Loire, confine au Puy-de-Dôme, mais appartient au diocèse de Lyon. C'est aux séminaires de Lyon qu'il fit ses études secondaires et cléricales. Il fut admis dans la Congrégation en 1843. Il avait eu des velléités de se faire Jésuite. Il demanda d'aller en Chine ou en Amérique. Il fut envoyé en Orient. Il se mit à l'étude du grec qu'il n'avait pas voulu apprendre au Petit-Séminaire. Toute sa vie, M. Faveyrial passa pour un grand original. Au physique, ses traits étaient fortement accentués, sa barbe hirsute et son verbe haut avec un esprit critique et souvent caustique qui n'attirait guère. Sa faible santé le rendait taciturne et le calfeutrait frileusement dans sa chambre. Mais cette chambre en désordre révélait un artiste, ou plutôt un écrivain passionné d'histoire. Il y étudiait les langues les plus diverses, le turc, l'italien, le bulgare. Il y rassemblait les livres anciens et modernes concernant les peuples balkaniques. Il interrogeait les étrangers de passage et sa plume infatigable ne cessait d'écrire tout ce qu'il entendait dire. Il fut à Saint-Benoît l'assistant du bon M. Régnier et, par ses boutades, sans doutes, le bourreau de son supérieur. La question bulgare l'intéressa particulièrement et le journal "La Bulgarie," dirigé par Tzankof, fut surtout son oeuvre. Mais la divergence de vues qu'il eut avec Mgr. Brunoni mécontenta celui-ce au point qu'il exigea l'éloignement du missionnaire. C'est dans ces conditions que, brisé et hargneux, M. Faveyrial s'en vint à Monastir. Il pouvait concourir à l'oeuvre de la conversion des Bulgares, mais la Providence le destinait, semble-t-il, à s'occuper spécialement de Valaques et c'est pourquoi il se mit à l'étude de la langue et de l'histoire roumaines (p. 13-14).
    Néanmoins, M. Faveyrial marchait toujours. Il traitait la Question d'Orient au point de vue religieux. Il mettait la dernière main au Catéchisme Valaque, il achevait une Histoire d'Albanie. Il envoyait de nombreux rapports au Visiteurs, à Mgr Bonetti, au T. H. Père. Les Albanais étaient maintenant l'objet de ses préoccupations. Après les mouvements bulgares et valaques, surgissait une question albanaise analogue. 'Les Albanais,' écrivait-il, 'forment une nation, une race forte et vaillante, qui demande son indépendance. Les Mirdites sont pour la France comme les Maronites du Liban. Bib-Doda, leur prince, m'a souvent répété cette parole. Je désire que la Congrégation s'intéresse aux Albanais comme aux Valaques, et ne les sépare pas' (p. 53)."

    A cette esquisse très brève des stations principales de la vie de l'auteur, on peut ajouter quelques renseignements sur Faveyrial qui se trouvent dans une lettre écrite à Monastir le 27 novembre 1893 par M. Vincent Dupuy, prêtre de la mission, pour informer la Maison Mère à Paris de la mort du grand savant de la péninsule:

    "Monsieur et très cher confrère. La grâce de Dieu soit avec nous pour jamais! Le 25 novembre à 11 h. 25 de la nuit, M. Faveyrial a succombé. C'est une pneumonie qui l'a emporté. Il s'est éteint doucement après avoir reçu les sacrements de pénitence et d'extrême onction. Il était très attaché aux Valaques et leur avait rendu de grands services. Ainsi le regrettent-t-ils sincèrement. Il était dévoué à cette oeuvre importante appelée 'mouvement valaque.' Vous savez que ce confrère professait chez les Valaques les quatre derniers cours les plus avancés pour le français, y compris le cours de philosophie. Vous savez encore que dans le collège valaque de Monastir, la langue française est très cultivée. A ce point de vue, l'oeuvre ne manque point d'intérêt, mais il me semble qu'on souhaite vivement le retour de ces gens à l'unité catholique. Je connais de vue quatre prêtres valaques qui, au dire de M. Faveyrial, sont catholiques et prononcent le nom du Pape Léon XIII dans leur liturgie, mais je ne puis vous dire si les fidèles de ces prêtres sont également catholiques. Mon confrère a emporté tous ses secrets dans la tombe. Jamais, jamais il ne m'a rien dit sur ces questions et voilà où nous en sommes. Vous voyez que la question est bien obscure, sauf que M. Lobry à Constantinople peut apprendre quelque chose parce que dans cette capitale se trouve M. Apostol Margaritis, le chef civil de ce mouvement de schisme avec les Phanariotes. Notre M. Faveyrial a travaillé en Orient pendant un demi-siècle. Il a fait beaucoup de manuscrits. C'est un travail immense. J'ose demander par vous au T. H. Père d'envoyer un confrère très capable comme historien et théologien pour venir examiner ces ouvrages manuscrits. Ce serait plus simple que de les envoyer à Paris. Il me semble que la Congrégation pourra profiter beaucoup de ces choses-là. Ce confrère examinateur devrait rester ici un mois environ pour parcourir à son aise ces écrits et cette énorme correspondance de lettres d'affaires concernant les Bulgares, les Valaques et la foi catholique. Que ce confrère apporte avec lui une lampe ayant une quinzaine de centimètres de diamètres, car l'écriture de M. Faveyrial est sui generis et fort difficile à lire ...
    Souvenirs apportés processionnellement sur la dépouille mortelle de M. Faveyrial. Ce sont des couronnes de fleurs naturelles à chacune desquelles est attachée une bande noire de deux mètres de long. L'une est ainsi: 'la famille Margaritis, regrets éternels,' l'autre 'au vénérable Père Faveyrial, les élèves du lycée roumain,' l'autre 'le corps de professeurs au P. Jean Faveyrial.' Les ingénieurs français ont aussi donné leurs couronnes. Le Consul d'Autriche-Hongrie en a donné aussi une bien belle. Les catholiques de Monastir ont aussi donné une couronne et un beau drap mortuaire. Une foule immense est venue aux obsèques de notre défunt. Il y avait cinq consuls: autrichien, anglais, roumain, serbe et russe. Le consul grec était absent de cette cérémonie funèbre. Nous avons fort à nous plaindre de lui parce qu'au lieu de nous protéger, il nous a abandonnés, ce qui est cause que l'ambassade de France va nous envoyer pour consul un Français de France.
    M. Faveyrial est du diocèse de Lyon. Il a encore pour tout parent une nièce mariée et ayant des enfants, je crois. Informez-vous et apprenez-lui que son oncle est mort d'une pneumonie sans souffrance apparente. Tout le jour de sa mort où nous l'avons laissé exposé dans la chapelle ardente, les gens disaient: mais il dort, ce bon père, il n'est pas mort."

A PROPOS DU LIVRE 'HISTOIRE DE L'ALBANIE'

    Jean-Claude Faveyrial semble avoir écrit beaucoup mais il laissa peu de travaux publiés. On peut signaler à ce propos quelques livres qu'il publia, surtout en langue bulgare, oeuvres maintenant très rares. Entr'eux se trouvent un Manuel de politesse en bulgare (Constantinople 1858), des Dialogues français-bulgares (Constantinople 1859) et un Grand catéchisme raisonné à l'usage des Bulgares Unis en bulgare (Constantinople 1862). Nous connaissons de sa plume aussi quelques articles sur la situation à Monastir, sur la question bulgare et la liturgie bulgare, et enfin une abondante correspondance.
    Malheureusement, l'essentiel de son oeuvre considérable ne fut jamais publié. Parmi ses manuscrits importants se trouvent en premier lieu la présente Histoire de l'Albanie, mais aussi une Histoire valaque (1891), une Histoire de la presqu'île d'Illyrie (s.d.), et un Catéchisme valaque à l'usage des prêtres (1891).
    C'était au début des années 1990 que l'auteur de ces lignes avait entendu pour la première fois des rumeurs d'une grande Histoire de l'Albanie. Le manuscrit, disait-on, se trouvait à Istanbul. Des recherches à la Süleymaniye et dans d'autres archives de la métropole turque n'ayant pas abouti, c'est plutôt le sort qui nous a dirigé au printemps de 1998 vers le collège Saint-Benoît à Karaköy, à quelques pas de la Corne d'Or. Le collège français d'Istanbul occupe maintenant les locaux de la maison de la Congrégation de la Mission Lazariste. Du manuscrit en question on ne savait rien au collège, surtout que le dossier 'Albanie' et la plupart des archives de la Congrégation avaient été rapatriés à Paris. Enfin, le 20 septembre 1999, Père Yves Danjou, responsable pour les archives de la Maison Mère de la Communauté des Missionnaires Lazaristes à Paris, nous signala sa découverte par hasard de l'oeuvre la plus importante de Faveyrial.
    L'Histoire de l'Albanie de Jean-Claude Faveyrial fut écrite entre les années 1884 et 1889. Le manuscrit, qui comporte 483 pages, est l'oeuvre de plusieurs mains. On peut assumer alors que le Père Faveyrial l'a dicté à ses assistants à Monastir. Il contient aussi des corrections et des additions de la main de l'auteur. Malgré ces modifications, on a l'impression que l'auteur n'avait pas tout à fait terminé son grand travail et que, s'il avait eu l'occasion de publier son Histoire de l'Albanie, il aurait fait encore certains changements et maintes corrections. Peut-être aurait-il ajouté aussi quelques chapitres supplémentaires pour donner une vision plus complète de l'histoire de cette région.
    Quoiqu'il en soit, Histoire de l'Albanie de Jean-Claude Faveyrial est une oeuvre de grande signification culturelle pour le peuple albanais. Elle est la première oeuvre à tracer l'histoire entière de l'Albanie, de l'antiquité jusqu'à la deuxième moitié du dix-neuvième siècle. Faveyrial, il faut le dire, n'avait pas une conception claire et précise des Albanais en tant que nation et peuple comme on les connaît aujourd'hui. Son histoire est plutôt celle de la région sud-est-européenne avec ses diverses populations, les Albanais bien sûr, mais aussi les Valaques du Pinde, les Grecs, les Turcs et les Slaves. Ainsi l'Histoire de l'Albanie est plutôt une histoire de toute la partie sud-ouest de la péninsule balkanique, y compris non seulement l'Albanie actuelle, mais aussi l'Epire, le Monténégro et la Macédoine entière. Le lecteur trouvera aussi des renseignements importants sur l'histoire de l'église catholique aux Balkans, y compris des détails intéressants sur l'histoire du patriarcat d'Ochride (1394-1767).
    L'oeuvre de Faveyrial reflète les connaissances de l'histoire des Balkans que l'on avait à son époque et, avant tout, la façon de l'écrire. L'auteur paraît avoir utilisé toutes les grandes sources de l'histoire balkanique parues jusqu'à ses jours: Aravantinos, Boué, Cantù, Dézobry et Bachelet, Farlati, Hammer-Purgstall, Hécquard, Lavallée, Le Beau, Lequien, Poirson et Cayx, et bien sûr le grand Pouqueville. Il était au courant aussi des oeuvres de littérature albanaise, par exemple des auteurs classiques du dix-septième siècle comme Budi, Bardhi (Bianchi) et Bogdani.
    Bien qu'elle ne corresponde complètement aux besoins du lecteur contemporain ou de l'étudiant de l'histoire balkanique ou ecclésiastique et bien qu'elle ne soit tout a fait fidèle dans les faits comme on les connaît aujourd'hui après un siècle de recherches supplémentaires, l'Histoire de l'Albanie de Jean-Claude Faveyrial est une oeuvre pleine d'information et comprend maints détails que l'on ne saura trouver ailleurs. Le lecteur remarquera dès le début que l'auteur écrit son histoire avec passion et enthousiasme, mais qu'il n'échappe pas aux valeurs et aux préjugés religieux et nationaux de son milieu et de son époque. Faveyrial était prêtre catholique qui travaillait au coeur d'une région orthodoxe de l'empire Ottoman. Les animosités évidentes qu'il nourrit, par exemple, contre l'Orthodoxie grecque, et - il faut le dire - contre les Grecs en général, feront peut-être sourire le lecteur contemporain. Qu'on lui pardonne ces excès qui servent aussi à illustrer l'esprit de son époque.

UN MONUMENT D'HISTORIOGRAPHIE BALKANIQUE

    L'Histoire de l'Albanie de Jean-Claude Faveyrial est une oeuvre d'importance culturelle puisqu'elle constitue le premier livre jamais consacré entièrement à l'histoire de ce pays balkanique. En vue de la consolidation tardive des Albanais en tant que peuple et surtout de l'Albanie en tant qu'Etat, et peut-être aussi à cause de l'aspect énigmatique de l'histoire albanaise, les autres oeuvres du dix-neuvième siècle et même des premières décades du vingtième sont rares et plutôt fragmentaires.
    A titre de comparaison, on peut signaler les suivantes. A peu près en même temps que le Père Faveyrial composait son Histoire de l'Albanie, apparut en Italie Le istorie albanesi (Les histoires albanaises, Salerne 1886), oeuvre en quatre tomes de Francesco Tajani. Toujours au dix-neuvième siècle, on rencontre aussi la première histoire de ce pays en langue albanaise, T'nnollunat e Sccypniis prei gni Gheghet ci don vênnin e vet (Les événements d'Albanie d'un Guègue qui aime sa patrie, Alexandrie 1898) de l'Albanais Stefë Zurani (1865-1941). Au début du vingtième siècle on peut signaler la publication de Historia é Shcypniis ch' me fillése e déri me kohe ku ra ne dore te Turkut (Histoire de l'Albanie depuis le début jusqu'au temps où elle tomba aux mains des Turcs, Bruxelles 1902), oeuvre de 416 pages écrite par le premier grand prosateur de la littérature albanaise, Ndoc Nikaj (1864-1951).
    Pendant la première guerre mondiale, l'Albanie, Etat indépendant depuis 1912 mais limitrophe à l'empire autrichien, a retenu pour la première fois l'intérêt des historiens sérieux du monde germanophone. Parmi les principales oeuvres de l'époque se trouvent: Geschichte von Montenegro und Albanien (Histoire du Monténégro et de l'Albanie, Gotha 1914) de Spiridion Gopcevic et Geschichte Albaniens (Histoire de l'Albanie, Leipzig 1914) de Karl Roth. Peu après paraît en français: Brève histoire de l'Albanie et du peuple albanais (Bucarest 1919) du grand historien roumain Nicolae Iorga (1871-1940), livre modeste de 68 pages.
    Les archives de la Congrégation des Mission Lazariste à Paris contiennent aussi d'autres documents d'importance pour l'histoire de l'Albanie et pour l'histoire de l'église catholique chez les Albanais à la fin du dix-neuvième siècle. Il s'agit entre autres de documents et de la correspondance écrits par des personnages de l'époque, quelques uns connus toujours, d'autres oubliés maintenant. Entre eux on peut noter des noms comme le prince Prenk Bib Doda Pacha (mort en 1920), Davidika Bib Doda, Margela Bib Doda, Mgr. Dario Bucciarelli (1827-1878), Mgr. Fulgence Czarev, Primo Dochi (1846-1917), Jean-Pierre Karadaku, François-Xavier Lobry, André Logorezzi, Simon Lumesi, Antonio Bittucci, Michel Tarabulusi et Georges Tchako.
    La plupart des documents de ces archives, qui au début se trouvaient au collège Saint-Benoît à Istanbul, ont été rapatriés à Paris maintenant, mais on n'a malheureusement plus d'inventaire exact puisque le lycée d'Istanbul fut occupé par l'armée turque en 1914 et certains documents ont alors disparu. Quant à la grande bibliothèque de livres que le Père Faveyrial avait rassemblée, y compris sans doute beaucoup de ses propres manuscrits, elle semble avoir été détruite pendant l'incendie au centre de la Mission à Monastir en février 1909.
    En publiant ce livre avec plus d'un siècle de retard, il me reste uniquement à remercier la Congrégation de la Mission Lazariste à Paris, et en particulier les Pères Yves Danjou et Paul Henzmann, pour leur assistance et leur générosité, et à espérer que le grand travail de Jean-Claude Faveyrial, retrouvé enfin après plus d'un siècle de disparition, sera lu et apprécié par le lecteur du vingt-et-unième siècle.

Robert Elsie
Olzheim / Eifel, Allemagne, 2001

TABLE DE MATIÈRES

  • Introduction de Robert Elsie
     
  • Préface de Jean-Claude Faveyrial
     
  • Chapitre 1
    Origine des Albanais - les Pélasges, leurs établissements primitifs - leurs constructions
     
  • Chapitre 2
    Tribus primitives de la basse et de la haute Albanie
     
  • Chapitre 3
    Rapports anciens de la Grèce avec l'Albanie
     
  • Chapitre 4
    Dynastie macédonienne
     
  • Chapitre 5
    Dynastie épirote
     
  • Chapitre 6
    Dynastie labéate
     
  • Chapitre 7
    Guerre entre Rome d'un part, la Macédoine et l'Illyrie de l'autre
     
  • Chapitre 8
    Administration romaine en Macédoine et au pays des Illyriens
     
  • Chapitre 9
    Ere chrétienne
     
  • Chapitre 10
    Romanisation de l'Illyrie
     
  • Chapitre 11
    Les légions illyriennes et l'empereur Sévère - leur protestation contre la vente de l'empire par les prétoriens
     
  • Chapitre 12
    Saint Caïus, Saint Donat et Saint Aschole - philosophes païens - partage de l'empire romain
     
  • Chapitre 13
    Tentative du patriarche Atticus sur l'Illyrie - réponse de Théodose II à Honorius - trente-cinq ans de schisme - réponse des évêques illyriens - conciles tenus en Illyrie
     
  • Chapitre 14
    Illyrie sous Anastase, Justin et Justinien - réception des légats du Pape Saint Hormisdas à Avlone, à Scampis, à Ochride - Novelle 131 de Justin
     
  • Chapitre 15
    Première série des évêques d'Ochride - Saint Grégoire le Grand proteste contre le titre de patriarche oecuménique - Mahomet
     
  • Chapitre 16
    Ravages en Albanie par les Vandales et les Visigoths - les Albanais quittent l'armée grecque - conseil de guerre à Durazzo - châteaux construits ou réparés en Albanie - Principauté Deocléate - Illyrie dévastée par les Slaves et les Avares - réflexion de Pouqueville sur les châteaux et les lois de Justinien
     
  • Chapitre 17
    Manière dont les Slaves s'établissent en deçà du Danube - Touchées de ce que Jean IV rachète leurs esclaves, plusieurs tribus se convertissent - leurs serments - leur constitution politique - établissement des Bulgares en Mésie - Italiens et Grecs
     
  • Chapitre 18
    Etablissement des Bulgares slaves en Macédoine d'après les auteurs byzantins
     
  • Chapitre 19
    Par vengeance l'empereur grec annexe à son patriarcat iconoclaste certains évêchés soumis au pape - La primatie illyrienne se conserve jusqu'en 1767, telle qu'en principe elle avait été constituée par le siège apostolique - Il n'est pas question d'elle au huitième concile oecuménique
     
  • Chapitre 20
    Ce que Photius et Basile le Macédonien font en 869 pour englober la Bulgarie et la primatie d'Ochride dans le patriarcat grec - Prédiction du Pape Jean VIII au roi des Bulgares
     
  • Chapitre 21
    Les Arabes en Albanie - Raguse - Principauté diocléate - schisme grec - les évêques illyriens n'y prennent aucune part
     
  • Chapitre 22
    Royaume albanais-bulgare de Preslava - Ambassades de Boris à Rome et en Allemagne - quels sont les vrais patriarches - clergé morave substitué au clergé grec - Saint Clément et Saint Naoum à Ochride - liturgie bulgaro-slave substituée à la liturgie grecque - règne des tsars Siméon et Pierre - royaume bulgare de Preslava détruit par les Gréco-Russes
     
  • Chapitre 23
    Révolution pacifique - les Grecs font renvoyer de Bulgarie le clergé latin que les Bulgares eux-mêmes ont demandé - la Providence amène de Moravie un clergé slave qui les en expulsera eux-mêmes - Gorazd, Saint Clément, Saint Naoum, envoyés par Boris à Ochride en Albanie - leurs travaux apostoliques, leurs travaux littéraires - tour que les Grecs jouent à l'ambassade de Jean X - Saint Clément remplace en Bulgarie les livres grecs par les livres bulgares et les caractères grecs par les caractères clémentins
     
  • Chapitre 24
    Royaume albano-valaque de Prespa - Les Albano-Valaques n'acceptent pas la domination grecque - origine de Samuel - sa capitale - durée de la lutte - bataille du Sperkhios - perte de Durazzo - les Gréco-Russes crèvent les yeux aux habitants de la Pélagonie - surprise de Cimba-long - Basile crève les yeux à quinze mille soldats albano-valaques - mort de Samuel
     
  • Chapitre 25
    Vladislas fait assassiner Vladimir et Gabriel à l'instigation de l'empereur - lui-même est tué au siège de Durazzo - Prise d'Ochride - Arrivée des Normands - Assassinats d'Ibatz, de Draguimir et de Sermo - Quatre armées grecques détruites dans la haute Albanie
     
  • Chapitre 26
    Fragment d'un chrysobule de Basile Bulgaroctone - Léon d'Ochride - destructions des archives de la métropole illyrienne - différence de discipline entre Ochride et Byzance
     
  • Chapitre 27
    Vicissitudes de la primatie illyrienne
     
  • Chapitre 28
    Le schisme grec ne fut qu'une intrigue odieuse pour détacher l'Illyrie de Rome et l'attacher à Byzance - examen des prétextes gréco-byzantins
     
  • Chapitre 29
    Résultats du schisme grec pour les Valaques, les Albanais et les Bulgares - pas de patriotisme, pas de littérature
     
  • Chapitre 30
    Coup d'oeil rétrospectif
     
  • Chapitre 31
    Les troupes du Bas-Empire qualifiées de macédoniennes étaient recrutées parmi les Albano-Valaques de Macédoine et d'Albanie
     
  • Chapitre 32
    Robert Guiscard et Alexis Comnène en Albanie - Guiscard vole au secours du pape - vainqueur des Vénitiens et des Grec, il meurt
     
  • Chapitre 33
    Les Turcs dans les armées grecques - les Grecs provoquent une croisade contre les Turcs - les croisés en Albanie - les Valaco-Patzinaces de Meglène
     
  • Chapitre 34
    Evénements de l'Albanie septentrionale et de l'Albanie centrale - siège de Raguse par Bodin - siège de Durazzo par Bohémond
     
  • Chapitre 35
    Tableau de l'administration byzantine en Albanie par Théophylacte, Primat d'Ochride
     
  • Chapitre 36
    Les impôts sous le Bas-Empire d'après Théophylacte - Théophylacte chassé d'Ochride
     
  • Chapitre 37
    Bogomilisme (manichéisme)
     
  • Chapitre 38
    Série d'archevêques usurpateurs du siège d'Ochride - Lettre de Théophylacte contre le patriarche grec
     
  • Chapitre 39
    Etendue de la Primatie d'Ochride - lettres de Théophylacte aux archevêques de Vidin et de Sophia - recrutement du haut clergé dans la primatie d'Ochride
     
  • Chapitre 40
    Le roi de Sicile et l'empereur de Byzance en Albanie - Chalcis brûlée - Salonique pillée - bataille de Myriocephale - milice albanaise en Chypre
     
  • Chapitre 41
    Bulle du Pape Alexandre II à l'archevêque de Dioclée - note sur Dioclée
     
  • Chapitre 42
    Primatie d'Ipek - concile de Dioclée - mesures contre le manichéisme - Correspondance entre Honorius III, Etienne Nemania et Saint Savas - couronne royale - mort de Saint Savas - évêchés serbes
     
  • Chapitre 43
    Primatie de Tournovo - révolte des Bulgaro-Valaques - demande d'une hiérarchie nationale - envoi d'un cardinal à Tournovo - serment du primat - onction du saint chrême
     
  • Chapitre 44
    Despotat d'Epire ou d'Arta
     
  • Chapitre 45
    Michel et son gendre trahissent leurs alliés à Dévol - malheureuse conséquence de cette bataille - Durazzo détruite - aperçu sur cette ville
     
  • Chapitre 46
    Etablissements français en Albanie - bataille de Berat - Michel Paléologue et Procida font massacrer 8 000 Français en Sicile - il meurt au moment de faire massacrer les Valaques par les Tatares
     
  • Chapitre 47
    Principauté megalovlachite - son origine - son étendue - Juifs et Grecs - Charles d'Anjou - l'empereur Andronique - Michel fait mourir en prison deux évêques catholiques et meurt lui-même en prison
     
  • Chapitre 48
    Andronique et Cantacuzène conduisent les Turcs en Albanie - affreux ravages commis dans l'Albanie centrale - l'Epire retombe sous les empereurs byzantins
     
  • Chapitre 49
    La grande Valachie garde son indépendance et son autonomie - bulle de Cantacuzène - remarques importantes
     
  • Chapitre 50
    Série de Patriarches d'Ochride depuis 1204 jusqu'à 1396
     
  • Chapitre 51
    L'Albanie se partage en deux communions - comment le sud passe au rite grec - comment le nord repoussa le rite slave
     
  • Chapitre 52
    Révolte contre les Serbes dans la haute Albanie - royaume albanais - ses princes - Jean Castriot
     
  • Chapitre 53
    Les Serbes en Albanie - empire de Douchan - ses gouverneurs - son ignoble caractère
     
  • Chapitre 54
    Fin du royaume ou empire serbe - église serbe - Douchan et Joanitch avaient voulu se substituer à l'empereur et au patriarche grec
     
  • Chapitre 55
    Arrivée des Turcs en Albanie - Jean Castriot - Charles Thopia - Mirdites - Janina - rapt des filles - Arta - Monastir - colonisations
     
  • Chapitre 56
    Etat moral de la presqu'île illyrienne au moment où les Turcs arrivèrent
     
  • Chapitre 57
    Origine des Ottomans - ils ne sont pas d'origine turque - originaire de la Galatie - prédiction de Saint Théodore Sicéote - leur mission politique
     
  • Chapitre 58
    Premières opérations militaires des Ottomans en Albanie - Ottomans conduits en Albanie par l'apostat albanais Isaïn - Bataille de Saura - ils sont battus par Ghioni - Venise occupe des positions importantes - les races albanaise et slave - Beyazid et Tamerlan - Arianite Thopia retenu à Constantinople - les Albanais de Grèce - les Tocci - appelés à leur secours, les Ottomans gardent leurs possessions
     
  • Chapitre 59
    Scanderbey - donné en otage à Mourad - mort de son père et de ses frères - sa force - bataille de Niche - Scanderbey s'évade du camp turc - il s'installe à Croya et appelle à lui la féodalité albanaise - il bat les généraux de Mourad et le bat lui-même - églises transformées en mosquées - Scanderbey épouse la fille de Thopia - Mahomed vient lui-même en Albanie et se laisse battre - traité rompu - nouvelles défaites essuyées par les Ottomans - mort de Scanderbey - honneurs rendus à sa mémoire - émigration en Italie
     
  • Chapitre 60
    Chute de Croya, de Scutari et d'Antivari - l'Albanie est ravagée par les Ottomans - noble réponse de Loredano, gouverneur de Scutari - Mahomet promet la vie sauve à la garnison de Croya et la fait ensuite égorger - siège de Scutari - famine - Jabliac et Drivasto - capitulation de Scutari et précaution de Venise - coup d'oeil rétrospectif sur les croisades, sur les Grecs et sur les Ottomans - mort de l'Archevêque d'Antivari
     
  • Chapitre 61
    Pacification de l'Albanie - Acarnanie dépeuplée - privilèges accordés aux Valaques et aux Acrocérauniens - transaction avec les Mirdites - Monténégro insoumis
     
  • Chapitre 62
    Le Monténégro devenu un lieu de refuge - dispute entre chrétiens et musulmans - Demir Pacha s'empare traîtreusement du métropolitain Daniel - massacre de 1702 - plus de musulmans au Monténégro - échange d'officiers contre des porcs en 1706
     
  • Chapitre 63
    Coup d'oeil sur l'histoire du Monténégro dans ses rapports avec l'Albanie
     
  • Chapitre 64
    Rapports canoniques du primat de Ochride-Justinianée avec la Moldovalachie - le 28e canon de Chalcédoine n'accorde pas de droits au patriarche grec sur la Roumanie - primatie de Tournovo détachée d'Ochride - les Bulgares mésiens penchent vers Byzance et les Roumains reviennent à Ochride - réaction slave en Roumanie - tous les livres latins y sont remplacés par des livres slaves - Lequien induit en erreur par les auteurs grecs - ceux que les Roumains prennent pour des titulaires, les Grecs les prennent pour des exarques - correspondance du Voïvode Stepan et de Dorothée d'Ochride en 1464
     
  • Chapitre 65
    Conséquences de la conquête ottomane pour les métropoles illyriennes - Raguse intermédiaire entre Rome et les catholicités orientales - église latine d'Ochride
     
  • Chapitre 66
    Emigration en Italie - les apostats de Calarite - Liaz Pacha - les églises transformées en djamis - Sinan l'Arnaout - massacre des Albanais à Constantinople
     
  • Chapitre 67
    Remarquable vizirat d'Ibrahim - capitainerie valaque - vizirs albanais - relations de la France avec l'Albanie
     
  • Chapitre 68
    Sultan Suleyman en Albanie - Ayaz Pacha - Khaireddin et Numan Kiuprulu
     
  • Chapitre 69
    Thogourd et Ahmed Bey - Acrocéraune - Baffo - Emmo - Mirdites - guerre de Chypre
     
  • Chapitre 70
    Bataille de Lépante - enfants de tribut - la Vénitienne Buffo - stipulation des Mirdites
     
  • Chapitre 71
    Désorganisation de l'empire Ottoman - apostasie en masse - soulèvement à Jannina - assemblée de Koukli - privilèges valaques - auteurs albanais - Zaharias Gorganos
     
  • Chapitre 72
    Extrait de Pouqueville sur les clephtes et armatholes (livre XI, chapitre IV) - milice dibriote à Alger - Jasile le Loups en Moldavie
     
  • Chapitre 73
    Dernière série des primats ou patriarches d'Ochride - registres de la métropole de Saint Clément - archives de SaintNaoum brûlées par ordre du patriarche grec - correspondance du primat d'Ochride - patriarcat grec à l'encan - lettre d'Athanase au Pape Alexandre VII.
     
  • Chapitre 74
    Impôt du sang - drapeau de Saint Georges - flotte barbaresque détruite - Clémentins - guerre de Candie - les Acrocérauniens devenus catholiques
     
  • Chapitre 75
    Tremblement de terre - hiérarchie ecclésiastique et civile - soulèvement des Serbes - réformes de Kuprulu - députation des Scutarins - Maïnotes - Traité de Carlovitch - origine des Kuprulu
     
  • Chapitre 76
    Le guebé-kharatch - consulat de France - M. Dubroqua rachète les esclaves - siège de Corfou - Traité de Passarovitz - Mouchtar Bey
     
  • Chapitre 77
    Spahis chrétiens - soulèvement des armatoles - apostasie en masse - Korovelesiens - M. Dubroqua apaise les troubles - le jésuite irlandais Tempet à Arta - martyr à Berat
     
  • Chapitre 78
    Les Clémentins - Traité de Belgrade - piraterie des Dulcignotes - Abdoullah mis à mort
     
  • Chapitre 79
    Le catholicisme dans la haute Albanie - littérature albanaise
     
  • Chapitre 80
    Venise excite le mécontentement en Albanie - fait détruire les comptoirs français - les Valaques de Mezzovo et les négociants français - M. Isnard et Boulle - Moustapha et les Souliotes
     
  • Chapitre 81
    Importance de Moscopolis et de Mezzovo - premier pillage de Moscopolis par les Dagles et les Colonias - Ali Pacha et Kamko - pillage de Carpenision et de Nicolitza - fondation de Crouchovo
     
  • Chapitre 82
    Apostasie des Caramouratades - Ali Pacha échappe à la mort - en Valachie les Valaques perdent leur administration nationale - au Pinde les armatoles perdent leurs privilèges
     
  • Chapitre 83
    Les agents de Catherine II au Monténégro et en Albanie - suppression des patriarcats d'Ochride et d'Ipek - registre patriarcal de Constantinople - Callinique et Stavraki
     
  • Chapitre 84
    Ce que pense Pharmakidis, secrétaire du synode athénien, de la suppression de la primatie illyrienne par le patriarcat byzantin
     
  • Chapitre 85
    Ce qu'en historien nous devons penser nous-mêmes de cette suppression - démission d'Arsène - ses coûts - catalogue des patriarches grecs - Arsène et Samuel se rencontrent au Mont Athos
     
  • Chapitre 86
    Nombreuses apostasies occasionnées par les intrigues phanariotes et la suppression de la primatie d'Ochride - l'évêque apostat de Meglène - sa mort - Nasilitza - Molécha
     
  • Chapitre 87
    Soulèvement des Grecs en 1770 - second pillage de Moscopolis - Arta défendu par M. Julien et les matelots français - Hassan Pacha dans le Péloponnèse - Ali Pacha en Thessalie
     
  • Chapitre 88
    Ali Pacha et les beys de Thessalie - entrevue d'Ali Pacha et de Paléopoulo - le moine Cosmas empalé - Cavalliotis et le docteur Rosa - complicité du patriarcat grec et des brigands
     
  • Chapitre 89
    Mahmoud Bizaclia veut se rendre indépendant - Brognard - Joseph II et Catherine - la tête de Mahmoud au Monténégro - les Souliotes - Moscopolis - Rogotina
     
  • Chapitre 90
    Population des îles Ioniennes - l'adjudant Rose envoyé à Constantinople - Salcette à Nicopolis - Parga vendu à Ali Pacha par l'Angleterre - Ali Pacha s'adresse à Napoléon et à l'Autriche - Assiégé dans son château de Janina - sa tête - Vasiliki à Monastir
     
  • Chapitre 91
    Révolte d'Ali Pacha - révolte des Grecs - généraux envoyés contre Ali - noble caractère des Mirdites - Moustaï Pacha rebrousse chemin - Ali abandonné de tous - fin tragique de ses secrétaires - fin plus tragique encore de Kourchid, d'Halet Efendi et de Pacho Bey
     
  • Chapitre 92
    Moustaï et Omer Brionès - Metternich et Capo d'Istria - les Egyptiens remplacent les Albanais - intervention européenne - Bataille de Navarin - le général Maison - massacre d'Argos - Capo d'Istria assassiné
     
  • Chapitre 93
    Rechid Pacha en Grèce - Arslan Bey pille Cojana - Zagorie mise à contribution - beys albanais fusillés à Devledjik - d'autres beys se sauvent à Corfou et en Grèce - terreur en Albanie
     
  • Chapitre 94
    Moustapha (Moustaï) lève l'étendard de la révolte - combat à la Tcherna et à Babouna - il s'enferme dans le château de Scutari - obtient la grâce - interné à Constantinople
     
  • Chapitre 95
    Rechid prisonnier des Egyptiens - son fils Emin - Berat mise à contribution - Moustapha Nouri et le Juif Iliacou - consulats à Janina - casernes, hôpital et poudrières à Monastir - la Locande - nouvel hôpital
     
  • Chapitre 96
    Pyrrhus et Scanderbey - étendue de la principauté mirdite - les rois de Naples et le duc de Savoie - transaction avec le gouvernement turc - violation du compromis par Omer Pacha, Ismaïl Pacha et Derviche Pacha - Traité de Berlin - vengeance et punition - même un fonctionnaire ottoman ne put franchir sa limite
     
  • Chapitre 97
    Résultat du fréquent changement de gouverneurs - le djéleb et le recrutement - soulèvement - noms des principaux exilés - consuls de France: Grasset, Bertrand, Salbatier, Crampon et Hécquard - le prétendu Saint Georges
     
  • Chapitre 98
    Désordres à Scutari par la faute du gouvernement - Mahmoud Tarala Pacha - séminaire des jésuites - Abdi Pacha - firman pour l'église catholique de Scutari
     
  • Chapitre 99
    Arménien tué pour la foi - les occultes de Tchernagore exilés à Moudania - la plupart y meurent - ambassadeurs de France et d'Angleterre - Soeurs de la Charité à Brousse - les rapatriés - un vieux Dibriote mis à mort - église catholique à Prisrend - musulmane convertie - Mahmoud Pacha
     
  • Chapitre 100
    Le royaume grec et sa population - les brigands envoyés de Grèce - les habitants d'Agrapha - leurs pétitions - M. Champoiseau et le docteur Typa
     
  • Chapitre 101
    Empoisonnement du prince des Mirdites par le gouverneur de Scutari - profanation du tombeau de Bib Doda - mutilation de son cadavre - Ismaïl Pacha et sa Hongroise - funérailles du prince des Mirdites
     
  • Chapitre 102
    Bib Doda à Constantinople - projet d'opposer la principauté mirdite à la principauté du Monténégro - Bib Doda en Bulgarie, en Epire et au Monténégro - Omer Pacha enlève l'abbé Gasparo - le consul de France s'y oppose - les Albanais vont au secours de la France en 1870
     
  • Chapitre 103
    Ce qu'il en coûte à la Sublime Porte d'avoir traité les Mirdites comme elle a fait - la Porte oppose les ligues albanaises au Traité de Berlin - démonstration de Cattaro - Derviche Pacha et Mehmed Ali - la meute de chiens
     
  • Chapitre 104
    Comité annexioniste de Janina - les membres, la pétition, assertion - réponse de la France - Georges Maniakas - Petridis arrêté - démonstrations - Lambridis s'abouche avec les beys d'Albanie - cabinet du roi Georges - abus des fonds du collège de Janina - famille Comoundouros
     
  • Chapitre 105
    Brutale invasion par les Grecs du territoire ottoman - la Grèce au Congrès de Berlin - avis du Congrès - interprétation grecque - réponse de la France - poltonnerie des Grecs
     
  • Chapitre 106
    Conférence de Preveza - les Albanais envoient des commissaires en Europe - les grécisants font une supplique et nomment deux commissaires - Moukhtar Pacha propose une rectification - mémoire de Saffet Pacha - les Tosques et les Guègues par Wassa Effendi
     
  • Chapitre 107
    Un officier d'état major prussien visite la frontière gréco-turque - le ministre ottoman retarde le départ de la délégation valaque - chute du ministre Beaconsfield - lettres de l'archevêque de Larisse et du patriarche grec - arrivée de la délégation valaque à Constantinople - sa protestation auprès des ambassadeurs - leurs réponses
     
  • Chapitre 108
    Antartisme - Grèce et Monténégro - comité de Janina - l'archéologue de Comoundouros - pillage de Papinco et d'autres communes - circulaire - patriarche et évêques grecs - consulat grec de Salonique - dossier Pikhion - lettre trouvée chez Arghyropoulo - le moudir Hafouz et le drogman Essad Efendi - condamnation par la cour martiale
     
  • Chapitre 109
    Révélations et manoeuvres - le consul Panourias et l'Albanie - l'archevêque Mathéos et les brigands - l'archevêque Cyrille et la cour martiale - le patriarche grec et le sultan - brochures incendiaires - privilège du clergé grec - ordre relatif aux sentences épiscopales- double usurpation - la Providence
     
  • Chapitre 110
    Extrait de Pouqueville (Voy., tome 3, pag. 230-238): parallèle entre Albanais catholiques, grecs et turcs
     
  • Chapitre 111
    Education - imprimeries de Moscopolis et de Janina - hébraïsants et grécisants - Emir-namé de Bordiano - proposition du roi Georges au roi Charles - assassinat de Aboussa - réponse de Jésus Christ à Pilate - écoles albanaises - adresse de la colonie de Bucarest au sultan - école de Prisrend
     
  • Chapitre 112
    Les écoles en Albanie - le père Pastore - le prince Bib Doda - les écoles italiennes de Scutari, de Preveza et de Janina - les écoles grecques d'Albanie - fondations du collège de Janina - écoles de Gortcha et de Monastir - écoles bulgares - écoles valaques - école albanaise
     
  • Chapitre 113
    Coup d'oeil historique sur le Monténégro - Rapports de la Russie avec le Monténégro - Pierre le Grand et Catherine II invitent les Monténégrins à la guerre contre la Turquie - reproches des Monténégrins aux Russes - pensions et secours accordés par la Russie - changements de constitution conseillés par l'empereur Nicolas - fausse politique de l'empire Ottoman - Derviche Pacha et les Iltizamdjis - guerre de 1875-1878 - Traités de San Stefano et de Berlin - Ligue Albanaise - agrandissement du Monténégro - la présente situation d'après le Sredetz
     
  • Chapitre 114
    Les anciens privilèges de la haute Albanie
     
  • Chapitre 115
    Digression sur les Albanais et sur les Valaques
     
  • Chapitre 116
    Notes d'après les actes synodiques de Saint Clément d'Ochride
     
  • Chapitre 117
    Traduction du firman impérial qui décrète l'établissement d'un exarchat bulgare et définit sa situation à l'égard du patriarcat grec, en date du 10 mars 1870
     
  • Chapitre 118
    Notes historiques sur Ochride (Lychnide)
     
  • Chapitre 119
    Proclamation au peuple albanais
     
  • Bibliographie

Home | Print